Lauréat du prix Émile-Nelligan 2013

Michaël Trahan

Michaël Trahan
Michaël Trahan lauréat
du prix Émile-Nelligan 2013

Commentaire du jury

Charles Dionne
Charles Dionne finaliste

Étienne Lalonde
Étienne Lalonde finaliste

Les membres du jury du prix Émile-Nelligan 2013

Les lauréats du prix Émile-Nelligan depuis 1979


Montréal, le 5 mai 2014 - La Fondation Émile-Nelligan est heureuse d’annoncer que le jury a choisi, à l’unanimité, de décerner le trente-cinquième prix Émile-Nelligan à Michaël Trahan pour son recueil Nœud coulant publié aux éditions Le Quartanier au cours de l’année 2013.

Jean-Simon DesRochers, président du jury, soulignait qu’il « faut remonter à loin pour trouver un premier livre de poèmes si ambitieux et si abouti. C’est avec cent trente-sept poèmes déclinés en dix suites que Michaël Trahan présente une écriture souple, inventive, témoignant d’une vive intelligence. Nœud coulant est un livre qui redonne ses lettres de noblesse à la mesure, à la finesse et prouve que l’audace est probante lorsqu’elle privilégie l’art de la touche et des manœuvres justes. »

Le jury, également composé de Monique Deland et Benoit Jutras, avait sélectionné deux autres finalistes. « Avec une vive inventivité verbale traversant les malheurs ordinaires pour < rythmer d’inspiration les images muettes >, avec ses procédés de répétition et ses réflexes sériels pour saisir le sentiment d’une Amérique, Charles Dionne (D’espoir de mourir maigre, La Tournure) affirme brillamment son désir de dire le réel immédiat » et « avec une maîtrise sidérante, Étienne Lalonde(Vivier, Claude, Les Herbes rouges) alterne la prose et le vers de manière organique, offre des images claires et nuancées, traversées par l’exigence de l’énigme, sans tomber dans le cryptique; un jeu d’équilibre où
< demain ne respire pas >, une œuvre riche qui témoigne de la nécessité et de la force du poème », a dit le président du jury lors de son allocution.

Au cours de la cérémonie qui se tenait lundi soir à la Grande Bibliothèque le président de la Fondation, Michel Dallaire, a remis au lauréat une bourse de 7 500 $ ainsi qu’une médaille à l’effigie du poète Émile Nelligan en présence
de l’écrivain et animateur Stanley Péan, membre du conseil d’administration
de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ). Les finalistes ont
reçu 500 $ chacun.

Le lauréat obtient également une tournée de promotion d’une semaine à l’étranger offerte par l’Association internationale des études québécoises (AEIQ) dans un pays où elle est membre, et une invitation à participer au spectacle de clôture du Festival international de la poésie de Trois-Rivières, l’automne prochain.

Rappelons que depuis 1979, au printemps de chaque année, ce prix de poésie couronne un ou une poète de 35 ans ou moins d’Amérique du Nord pour un recueil publié en français au cours de la dernière année et constitue une récompense plus qu'importante pour le poète en pleine émergence.


- 30 -

Source : Manon Gagnon
Téléphone : 514 278-4657

www.fondation-nelligan.org | info[a]fondation-nelligan.org


Photos © Robert Etcheverry